Chômage partiel : ce qu’il faut savoir

En cas de recours à l’activité partielle, l’employeur doit verser aux salariés touchés par une perte de salaire, une indemnité d’activité partielle. En contrepartie, l’employeur reçoit une allocation d’activité partielle cofinancée par l’État et l’Unedic.
Total
0
Shares

Qu’est-ce que le chômage partiel ?

Le chômage partiel ou technique est un dispositif qui permet à une entreprise en difficulté de gérer une baisse d’activité ponctuelle sans avoir à licencier ses salariés.

Quelles sont les conditions de mise en œuvre ?

L’employeur utilise le chômage partiel lorsqu’il envisage de cesser temporairement l’activité de son entreprise ou de réduire la durée de travail pour l’un des motifs suivants :

  • la conjoncture économique 
  • des difficultés d’approvisionnement en matières premières ou en énergie 
  • un sinistre ou des intempéries de caractère exceptionnel 
  • la transformation, restructuration ou modernisation de l’entreprise 
  • toute autre circonstance de caractère exceptionnel

Quel est le montant d’indemnisation pour le salarié ?

En période de chômage partiel, le salarié touche une indemnité de 70 % de leur salaire brut par heure chômée soit un peu près 84 % du salaire net horaire.

Si pendant cette période de chômage partiel, le salarié suit des actions de formation, l’indemnité horaire est portée à 100 % de la rémunération nette du salarié.

A noter : L’employeur doit verser l’indemnité à la date habituelle de versement du salaire.

Quelles est le montant d’indemnisation pour l’employeur ?

En cas de recours au chômage partiel, l’employeur peut percevoir l’allocation d’activité partielle (limitée à 1 000 heures par an et par salarié quelle que soit la branche professionnelle).

Par heure chômée, l’allocation est fixée à :

  • 7,74 € dans les entreprises employant jusqu’à 250 salariés 
  • 7,23 € dans les entreprises à partir de 251 salariés

L’indemnité d’activité partielle versée au salarié est exonérée des cotisations salariales et patronales de sécurité sociale.

L’indemnité d’activité partielle est assujettie à la CSG au taux de 6,2 % et à la CRDS au taux de 0,50 %. Ces deux contributions sont calculées sur la base de 98,25 % de l’indemnité versée (après application d’un abattement de 1,75 % pour frais professionnels).

Le paiement de cette allocation d’activité partielle est effectué par l’Agence de services et de paiement (ASP) qui agit pour le compte de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez aimer également