La fraude en entreprise : un coût financier et réputationnel pour l’entreprise

Trois quarts des structures ont été victimes d’au moins une tentative de fraude.
Total
0
Shares

La fraude : un fléau aux multiples ramifications

La fraude en entreprise continue de gagner du terrain, illustrée par des données à la fois étonnantes et inquiétantes : les trois quarts des structures ont été, en 2017, victimes d’au moins une tentative de fraude !

Cette fraude tant interne qu’externe (complicité interne parfois) prend différentes formes (fausses factures, détournement de produits, faux comptes…etc). Les fraudeurs ne manquent pas d’imagination.

La mondialisation contribue à l’apparition de fraudes qui peuvent sembler incontrôlables, encouragées par la rapidité des transferts bancaires au-delà des frontières. Chaque entreprise est une cible potentielle.

La fraude se manifeste par un ou plusieurs actes commis dans l’intention de retirer un profit personnel pour son auteur et/ou pour un tiers, ou de nuire à l’entreprise en générant un préjudice pour cette dernière. L’acte frauduleux est réprimé par le code pénal ; il peut être perpétré par un ou des tiers à l’entreprise mais également, malheureusement, venir de l’interne.

La répression pénale est longue et encore faut-il trouver le coupable ! Le préjudice lui est bien existant et nous pouvons dire les préjudices.

En effet, quelle qu’en soit son origine, l’acte frauduleux est source de préjudices, souvent très importants, pour l’entreprise : coûts financiers, frais, détérioration des relations avec les clients, les fournisseurs, pertes d’image, perte de confiance via à vis de clients…

La dématérialisation des procédures, le tout numérique n’ont pas toujours pour effet de la diminuer mais au contraire est un moyen utilisé par les fraudeurs.

En effet, le coût financier de la fraude, souvent déjà lourd, a par ailleurs tendance à augmenter avec la “sophistication” des attaques. Les escrocs sont de mieux en mieux renseignés sur leurs cibles grâce aux techniques “d’ingénierie sociale”, consistant à s’informer préalablement sur leur cible (via les médias sociaux, par exemple) pour en découvrir les modes de fonctionnement et d’organisation. Les actes de fraude se multiplient (fausses factures, usurpation d’identité, faux RIB, fraude au président, détournement de fonds, vol de marchandises) et visent désormais toutes les entreprises.

Se prémunir de la fraude grâce à la prévention

Afin de diminuer le risque d’être victime d’une fraude, il est essentiel, pour une entreprise, de mettre en oeuvre quelques moyens et règles simples de prévention. Cela passe, par exemple, par :

  • La sécurisation des biens : limitation des montants en espèces détenues dans l’entreprise, sécurisation de l’accès aux locaux, aux marchandises, réalisation régulière d’inventaires ;
  • La mise en place de process en matière de paiements : respect de la règle de séparation de pouvoir entre celui qui décide du virement et celui qui l’exécute, contrôle des flux bancaires et de leur automatisation, limitation des délégations bancaires, double signature systématique au-delà d’un certain montant, procédure de rappel pour tout changement de RIB… ;
  • La sensibilisation aux risques et la formation des collaborateurs, notamment ceux susceptibles d’être sollicités dans le cadre d’ordre de virements aux établissements bancaires : vigilance vis-à-vis des appels et des mails douteux, discrétion sur les réseaux sociaux, vérification des adresses des fournisseurs…

A la fois business partner et garant de l’information financière, le DAF est souvent bien placé pour mener cette lutte contre la fraude. Il en est de même du Directeur Juridique (cartographie des risques juridiques) comme du DSI.

Il faut légitimement se poser plusieurs questions. Ce sont les réponses à ces questions qui structurent les procédures à mettre en œuvre au niveau des directeurs généraux, décideurs financiers, comptables et sécurité :

  • Quelles sont exactement les menaces et quels risques génèrent-elles ?
  • Quels sont les avantages à investir dans la lutte contre la fraude ?
  • Quelles sont les bonnes pratiques humaines, organisationnelles et technologiques et quels sont les outils de lutte les plus efficaces ?

La fraude comme la corruption est un sujet de gouvernance et de stratégie de l’entreprise. Elle est un élément de son business plan.

Pour aller plus loin, nos formations sur ce sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez aimer également